Home Actualités Stratégie de gestion des eaux usées: de graves dysfonctionnements constatés

Stratégie de gestion des eaux usées: de graves dysfonctionnements constatés

99
0
SHARE

L’hôtel Mandé de Bamako a abrité, hier jeudi, un atelier de sensibilisation des acteurs et des bénéficiaires des ouvrages de connexion de 100 ménages à la STEP de Sotuba et d’extension du réseau sur 600 mètres de STEP. La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme Bernadette KEITA, Ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, en présence de la Chargée d’affaires de l’Ambassade des Pays-Bas, Mme Ant J. Van DRIEL. La rencontre avait pour objectif de renforcer la capacité des bénéficiaires et les acteurs de ce programme au bon usage des ouvrages.

En campant le décor, la représentante du Royaume des Pays-Bas a rappelé que dans le cadre de la stratégie nationale de gestion des eaux usées, les gouvernements du Mali et des Pays-Bas ont initié le projet d’assainissements de la zone industrielle de Sotuba. « L’objectif de ce projet était de résoudre le problème de pollution causé par le rejet dans le fleuve d’influents industriels dangereux. Ce projet a permis la construction d’une station d’épuration des eaux usées, d’un réseau d’égout, de 11 unités de prétraitement », a-t-elle rappelé, avant de préciser que la gestion de la station d’épuration est confiée à l’Agence nationale de gestion des stations d’épuration du Mali (ANGESEM). Selon Mme VAN DRIEL, les Pays-Bas apportent beaucoup d’importance à ce projet, puisque l’eau est une denrée importante dans le développement des populations. « Nous ne pouvons vivre sans eau. L’eau est une ressource indispensable à la survie des écosystèmes et de l’humanité, mais est parfois sujette à des pénuries et pollutions. Il nous faut donc être au chevet de cette denrée pour le bien-être des populations. Et cela ne peut se faire sans les acteurs clé, qui sont chacun d’entre nous. Au nom de l’Ambassadeur des Pays-Bas, nous resteront mobilisés pour mener ce programme à bon port ».
Quant à Mme Bernadette, elle a commencé par remercier les PTF pour leur engagement constant au chevet de notre pays. « Ce projet du Programme Conjoint à l’Appui de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PCA-GIRE) est soutenu, financièrement, par les Pays-Bas et la Suède, pour compenser la déconnexion des tanneries, suite au Projet d’assainissement de la zone industrielle de Sotuba initié par le Gouvernement du Mali, et s’inscrivant dans le cadre de la Stratégie nationale de gestion des eaux usées. Qu’ils en vivement remercié », a-t-elle fait savoir. Elle a toutefois déploré que depuis sa mise en eau, de graves dysfonctionnements ont été constatés, caractérisés, d’une part, par un fort taux de dégagement de gaz divers très incommodant et dangereux pour les travailleurs et les populations environnantes, et, d’autre part, par la très mauvaise qualité des influents rejetés dans le milieu récepteur, due à un niveau anormalement élevé de l’ensemble des paramètres de pollution mesurés . C’est pourquoi elle a indiqué que son Département, à travers l’Agence Nationale de Gestion des Stations d’Épuration du Mali, s’intéressant de plus en plus au bien-être des populations des différents quartiers, notamment la Zone industrielle, le sans-fil et Bougouba, avait procédé aux branchements de quelques familles. «Cet essai est devenu un coup de maître, par l’engouement qu’a suscité cette connexion des familles à la station d’épuration de Sotuba, car les eaux usées sont nuisibles aux êtres humains et surtout, si elles sont déversées dans le fleuve sans traitement préalable. Consciente de la souffrance de ces habitants, je trouve idoine cette occasion pour pallier à leurs difficultés en termes d’infrastructures et de réalisations », a-t-elle dit.
Elle a soutenu que les défis de la communication et de la sensibilisation autour de ce projet doivent être relevés par l’ensemble des acteurs. « J’exhorte alors, les leaders communautaires, les jeunes et les femmes résidents à s’impliquer davantage pour que les branchements puissent se pérenniser, se multiplier et accroître de façon substantielle, au bénéfice de nos populations », a-t-elle conclu ses propos.

PAR CHRISTELLE KONE

Info-Matin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here