Home Politique Politique Mali : Pour la CEDEAO, le nouveau délai de la transition...

Politique Mali : Pour la CEDEAO, le nouveau délai de la transition a commencé à partir du 15 mars 2022

38
0
SHARE

La CEDEAO ne fléchit pas. Le délai complémentaire de la transition au Mali sera de 16 mois maximum. Et ce nouveau délai a déjà commencé. C’est qu’a affirmé la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO réunie, ce vendredi 25 mars 2022, à Accra au Ghana. La conférence a décidé de maintenir les sanctions à l’encontre du Mali.

« La Conférence regrette l’indisponibilité du Président de la Transition à honorer, en personne, l’invitation qui lui a été faite de participer au Sommet en vue de trouver une solution à la situation actuelle au Mali », a indiqué le communiqué final du Sommet d’Accra. La CEDEAO assure avoir pris note de la proposition d’un chronogramme de 24 mois, en plus des 18 mois déjà écoulés.

Selon les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, la situation sécuritaire et humanitaire continue de se dégrader au Mali avec les attaques de groupes terroristes causant des victimes militaires et civiles. Au regard de la situation économique et sécuritaire due à la guerre en Ukraine qui affecte le monde, la Conférence affirme qu’il est urgent de parvenir à un accord sur le chronogramme afin d’éviter la dégradation de la situation au Mali.

Selon le communiqué final, la CEDEAO engage les autorités maliennes à s’inscrire dans une période complémentaire de 12 à 16 mois arrêtée par l’équipe technique. Ce délai maximum de 16 mois tient compte, selon le communiqué, des activités nécessaires à l’organisation de l’élection présidentielle. Ce délai complémentaire, affirme la CEDEAO, « court à partir du 15 mars 2022 ». Cependant, la conférence décide de l’envoi du Médiateur pour poursuivre et finaliser les discussions avec les autorités de la transition sur le chronogramme.

Trois décisions ont été prises à l’issue de la conférence. D’abord : maintenir les sanctions prises le 9 janvier 2022 ; poursuivre le dialogue en vue d’arriver à un accord qui permettrait la levée progressive des sanctions ; inviter les partenaires à accroître le soutien humanitaire au Mali.

Maliweb.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here