Home Politique Bart Ouvry, l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali : « Nous sommes...

Bart Ouvry, l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali : « Nous sommes dans la continuité de notre action »

21
0
SHARE

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Bart Ouvry, a donné une Conférence de presse le vendredi 6 mai dans sa résidence à Badalabougou, en prélude à la fête de l’Europe ce 9 mai, doublée de la fête aussi des relations entre le Mali et l’Union européenne. L’Union européenne est sans doute connue comme un maillon très important de la coopération au Mali, depuis plus de soixante ans ; mais elle s’affiche aussi, depuis un certain temps, comme « acteur diplomatique », a fait remarquer l’Ambassadeur devant des journalistes invités à un petit déjeuner de presse, où le patron de l’union européenne au Mali était entouré de ses proches collaborateurs. « Notre volonté c’est d’être au côté des Maliens, nous voulons maintenir notre action en faveur de la stabilité du Mali », a déclaré Bart Ouvry au moment où les Maliens sont confrontés à d’énormes défis : défis économiques, sociaux et sécuritaires, reconnait-il.Lors de cette fête dont le ton sera donné ce lundi matin à la faculté de Droit  public par une conférence sur le thème, « Le partenariat Mali-UE : Le droit communautaire au service de la paix et des peuples », le message clé de l’Ambassadeur Bart Ouvry à cette occasion sera de dire : « Nous sommes au côté des Maliens et nous sommes dans la continuité de nos actions ». Ce qui ne laisse aucun doute à la volonté de l’Union européenne à rester au Mali, à continuer de peser dans la coopération et au besoin jouer un rôle diplomatique de sa dimension pour trouver une solution durable à la crise malienne, sans être prescriptive, ni s’inscrire dans une logique de délai à impartir, sachant que les Maliens peuvent décider des orientations qui leur conviennent, mais en tenant compte des soucis des autres, comme la CEDEAO et l’Union africaine, qui veulent éviter de créer un précédent, plus de stabilité dans les pays de la région, selon l’hôte de la presse de ce vendredi matin.

 

Malgré les malentendus…

 

L’Union européenne se montre solidaire des pays de la région, de la CEDEAO et de l’Union africaine, qui ont un différend avec le gouvernement de la transition sur la durée de la transition. «  Mais loin de nous de vouloir aller vers une rupture, au contraire nous voulons faire partir de la solution, et donc nous travaillons avec les partenaires africains, la CEDEAO, l’Union africaine, mais aussi les Nations-Unies pour arriver à une solution », a déclaré Bart Ouvry, la main sur le cœur. Et selon lui, c’est essentiel de ne pas tarder, parce que « nous voyons comme tout citoyen malien, que sur les secteurs formels de l’économie, les sanctions de la CEDEAO pèsent, il est urgent de trouver une solution. Nous sommes aussi dans une situation délicate avec le choix du gouvernement de faire appel à des éléments russes pour accompagner les FAMa dans certaines de leurs actions. Depuis le début nous avons très clairement fait comprendre que pour nous cela posait problème », a indiqué le patron européen. Le gouvernement a fait ce choix, pour l’Union européenne, « il est important dans notre action en faveur de la sécurité (augmenter les capacités des forces de sécurité en faveur des FAMa, la Garde nationale, la Gendarmerie et de la Police), nous voulons éviter de travailler avec ou en faveur des éléments russes, particulièrement au centre où ils sont présents, et éviter de créer des équipements, des infrastructures pour faire des entrainements en faveur des forces de sécurité qui travaillent avec des éléments russes ».

 

… La Coopération ne va pas s’arrêter

 

Les différends évoqués ne vont pas entrainer un arrêt de la coopération. L’Union européenne est solidaire avec les pays qui connaissent un différend avec la transition, « mais cela ne veut pas dire que nous allons arrêter le fonctionnement de nos missions EUTM ou EUCAP », selon l’Ambassadeur. Ces missions sont dans une logique de continuité, leur mandat reste le même, il y a beaucoup d’activités qui restent possibles, selon le patron de l’Europe au Mali. Par exemple, il y a quelques jours, une mission venant du siège (Bruxelles) a échangé là-dessus avec les autorités, le ministre de la sécurité, le ministre de la Défense, cherchant des solutions, constamment avec le chef d’état major général des armées (CEMGA), pour trouver des activités permettant d’assurer la continuité. Par exemple, pendant l’année à venir, une partie de la collaboration sera axé sur la question des frontières. Nous savons que pour renforcer la sécurité, une bonne gestion des frontières est utile. C’est une activité sur laquelle pendant des mois à venir la coopération avec le partenaire malien sera consacrée.

 

… Une action sur la sécurité alimentaire

 

Pour cette année, également l’Union européenne va proposer une action sur la sécurité alimentaire. Constatant qu’aujourd’hui les prix augmentent énormément, et qu’il y a parfois un manque de certains produits sur le marché, pour l’Ambassadeur européen, il est important non seulement d’apporter de l’aide humanitaire pour des personnes qui ont du mal à se procurer des aliments, mais surtout d’augmenter les capacités du secteur agricole malien de produire de l’alimentation. C’est possible, les conditions naturelles sont favorables pour plein de cultures, se réjouit-il. Il a cité d’autres activités de coopération dans l’intérêt des Maliens, comme aussi investir cette année dans l’augmentation des services de base, partout sur le territoire, particulièrement au centre.

 

D’autres secteurs sont dans le champ d’actions très proches de l’union européenne sur lesquels elle va continuer à travailler comme celles en faveur du secteur privé. Il y a des filières dans lesquelles le Mali peut être compétitif, comme le karité, le soja, la mangue. Ce sont des secteurs sur lesquels la qualité du produit au Mali est excellente. Mais parfois il y a des goulots d’étranglement. L’année dernière, il y a eu l’augmentation des prestations du secteur de la mangue pour l’exportation. Beaucoup moins de produits ont été refusés pour présence de la mouche de fruit, reconnait le conférencier. Ce sont des actions très concrètes où quand on enlève un goulot d’étranglement d’un secteur, on peut augmenter le volume et surtout la rentabilité, estime Bart Ouvry.

Pendant cet échange avec les journalistes, le principal message de l’Ambassadeur a été d’inscrire les actions de coopération dans la continuité. « Nous avons un certain nombre d’ajustements qui sont liés à un différend avec le gouvernement de la transition. Je souligne que nous sommes dans la continuité du dialogue, nous rencontrons des collègues venant de Bruxelles, pour rencontrer leurs homologues maliens. Notre volonté, c’est de travailler avec les Maliens pour trouver des solutions. On peut avoir un différend, ce n’est pas grave, mais l’essentiel c’est de chercher des solutions et d’aller de l’avant et surtout de maintenir le partenariat que nous avons il y a plus de 60 ans. Mon mandat c’est de travailler avec mes collègues pour intensifier ce partenariat ». Voilà le message clair et limpide envoyé par l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali, en prélude à la fête de l’Europe.

Daou

Source: Le republicain mali

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here