Home Actualités Arrêt de la grève illimitée: les manœuvres déloyales

Arrêt de la grève illimitée: les manœuvres déloyales

111
0
SHARE

Au ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation (MATD), depuis le déclenchement d’une grève illimitée par la Plateforme d’action commune des Syndicats des Administrateurs Civils, des Collectivités Territoriales, et des Agences de Développement Régional, le lundi 09 novembre 2020, les stratèges étatiques rivalisent d’initiatives et d’ardeur pour briser le mouvement, et pas toujours de la manière la plus orthodoxe.

Selon différents recoupements, parmi les plus en verve et en veine de détermination de ramener les Administrateurs dans les bureaux, en coupant bras et jambes du mouvement, ce sont d’autres Administrateurs biberonnés aux avantages spéciaux de leurs postures actuelles. Ce, quand bien même ils seront bénéficiaires de certains des retombées des revendications de la Plateforme commune d’action à qui ils s’emploient à tailler des croupières. Une source conseille : si la chèvre broute là où elle est attachée, pour vivre longtemps, elle gagnerait à élargir son horizon.
La séquence la plus truculente de cette vaste comédie, c’est qu’en l’absence de la moindre offre politique lisible, encore moins d’offres financières, les pompiers de service du flop des autorités déroulent des stratégies à la lisière de l’éthique. La plus obscène, selon nos sources, serait de mettre dans la balance la libération des otages (2 Administrateurs et 5 secrétaires généraux de mairie) figurant parmi les exigences des syndicalistes. De façon caricaturale : vous arrêtez votre mouvement de grève et nous mettrons tout en œuvre pour libérer les otages très rapidement (sous quinzaine, il paraît). En tout cas, les libérations de Soumi champion, de l’otage française Mariam Sophie PETRONIN, et deux autres otages italiens ont montré une capacité exceptionnelle de la Transition en la matière.
Une double implication à relever
Primo, en cédant aux chants de sirènes des missi dominici, les responsables syndicaux courent une grosse embrouille avec leur base. C’est la stratégie de l’implosion qui est déjouée.
Secundo, il fallait une grève illimitée qui paralyse les services de l’Administration et des Mairies, pour que la libération des Administrateurs et des Secrétaires généraux (une pensée pour les otages et portés disparues militaires dont on ne parle guère) soit sérieusement explorée. C’est la totale !

PAR BERTIN DAKOUO

Info-Matin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here