Accueil Actualités Violences conjugales au Mali : la mort de Tenin Niambélé, un autre...

Violences conjugales au Mali : la mort de Tenin Niambélé, un autre cas de trop

102
0
PARTAGER

C’est un énième drame conjugal au Mali qui choque l’opinion. Mais pas banal. Tenin Niambélé une jeune dame mécanicienne a succombé vendredi soir à ses blessures. Quelques jours plutôt, Calvin Dembélé, son époux lui tirait une balle dans la tête avant de se suicider.

Hospitalisée, la jeune dame était en attente d’une évacuation. « Elle avait des fragments logés dans le cerveau et avait besoin d’être évacué, nous avons eu de l’argent mais pas assez. », témoigne Cheick Tidiane Diallo, activiste combattant les violences, et qui a lui aussi perdu une soeur dans un drame conjugal.

Le cas de Tenin Niambélé interpelle une fois de plus sur un fléau qui devient une récurrence au Mali. On ne compte plus désormais ces femmes assassinées par leur époux suite à des disputes conjugales. Kamissa, Mariam, Fanta, sont les noms qui reviennent, ont été largement médiatisés. Mais les nombreux autres cas illustrent aussi la circulation des armes légères et artisanales qui servent des meurtres au mobile souvent inexpliqué.

Dans un pays ou la législation en la matière est faible, et ou une loi contre les violences basées sur le genre (VBG) n’est pas tout à fait aboutie, ni dissuasive. Il y a urgence à agir. Mieux, beaucoup plaident que les autorités se saisissent de cette question d’importance. Au-delà des associations de défenses des femmes surchargées de dossiers et ne sachant plus où donner de la tête, c’est le ministère de la femme qui est interpellé pour enfin faire bouger les lignes. Et sauver de futures victimes potentielles. D’où l’appel de Cheikh Tidiane Diallo : « je vais demander aux femmes de porter plus haut ce combat, d’être solidaires entre elles, et pragmatiques quant aux actions et activités qu’elles mènent. Nous ne pourrons pas grand-chose si vous-même êtes à contre-courant de la lutte », souligne t-il.

Tenin Niambélé a été inhumée ce dimanche dans sa famille a Djicoroni Para. Elle avait 34 ans et laisse derrière elle un garçon de neuf ans.

MDD

Mikdao

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here