Accueil Actualités Tuerie de la préfecture de police: Macron promet un «combat sans relâche»

Tuerie de la préfecture de police: Macron promet un «combat sans relâche»

6
0
PARTAGER

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage ce mardi 8 octobre aux quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris tués par un collègue radicalisé le jeudi 3 octobre.

Il y avait des centaines de personnes massées derrière des cordons, des collègues en civil pour beaucoup, avec des visages fermés, les regards parfois perdus dans le vague, et la pluie fine qui tombait dans cette cour de la préfecture de police de Paris. La pluie et le silence lourd interrompu par les ordres donnés aux agents en uniforme.  Emmanuel Macron est allé saluer les familles de victimes. Aucune caméra, aucun  appareil photo n’a pu enregistrer cet instant, les journalistes étaient tenus à l’écart car les familles souhaitaient conserver l’anonymat, les collègues du service de renseignement aussi évidemment pour des raisons professionnelles, le président de la République a ensuite pris la parole.

Accompagné du Premier ministre, Édouard Philippe, et des ministres de la Justice, Nicole Belloubet, et des Armées, Florence Parly, Emmanuel Macron a appelé les Français à « faire bloc » et promis « un combat sans relâche (…) face au terrorisme islamiste » lors de l’hommage aux quatre fonctionnaires tués dans l’attaque à la préfecture de police de Paris. « Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer », a lancé le chef de l’État, en appelant « la nation tout entière à se mobiliser face à l’hydre islamiste ».

Je suis venu parmi vous pour vous assurer que la lumière sera faite. La justice passera comme il se doit.

Dans une allocution d’une quinzaine de minutes prononcée devant de nombreux responsables politiques, dont les membres du gouvernement, le chef de l’État a affirmé que  « les institutions seules ne suffiront pas ». « Une société de vigilance, voilà ce qui nous revient de bâtir ; la vigilance et non le soupçon qui corrode, la vigilance, l’écoute attentive de l’autre, l’éveil raisonnable des consciences », a poursuivi Emmanuel Macron, en appelant à « savoir repérer à l’école, au travail, dans les lieux de culte, près de chez soi, les relâchements, les déviations, ces petits gestes qui signalent un éloignement d’avec les lois et valeurs de la République ».

« En aucun cas un combat contre une religion »

« Trop souvent nous avons parlé, fait des lois puis sommes revenus au quotidien, comme si de rien n’était », a-t-il regretté dans la cour de la préfecture de police, après s’être incliné devant les cercueils des quatre victimes. « Ce n’est en aucun cas un combat contre une religion », a-t-il continué, « mais contre son dévoiement qui conduit au terrorisme ».

Emmanuel Macron doit s’entretenir avec les familles des victimes à l’issue de la cérémonie. La Légion d’honneur a été remise par Christophe Castaner, à titre posthume, aux quatre personnes tuées, Damien Ernest, major responsable d’une unité locale de police , Anthony Lancelot, gardien de la paix, Brice Le Mescam, adjoint administratif principal et Aurélia Trifiro, gardienne de la paix.

■ Ecoutez l’édition spéciale de RFI consacrée à l’hommage aux policiers tués le 3 octobre 2019

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here