Accueil International Municipales: Edouard Philippe sera candidat tête de liste au Havre

Municipales: Edouard Philippe sera candidat tête de liste au Havre

15
0
PARTAGER

Le Premier ministre se lance dans la bataille: Edouard Philippe se présentera comme candidat tête de liste aux élections municipales au Havre en mars, mais restera à Matignon s’il est élu, une décision critiquée par les oppositions.

Une décision « mûrie comme toute décision importante », fondée sur l’idée que « dans une démocratie, le fondement de la légitimité, c’est l’élection », et que « nos concitoyens ne veulent surtout pas de responsables politiques hors-sol », justifie vendredi dans le quotidien Paris-Normandie celui qui a déjà dirigé la cité normande de 2010 jusqu’à son entrée à Matignon en 2017.

M. Philippe est le cinquième premier ministre en exercice à se présenter comme tête de liste aux municipales depuis le début de la Ve République. Jacques Chaban-Delmas (1971 à Bordeaux), Pierre Mauroy (1983 à Lille), Michel Rocard (1989 à Conflans-Sainte-Honorine) et Alain Juppé (1995 à Bordeaux) ont tous été élus.

Attendu vendredi soir en meeting au Havre, il avait avivé l’hypothèse de sa candidature en septembre dernier. Et alors qu’on lui avait prêté des intentions à Paris, il assure vendredi n’avoir « jamais envisagé un engagement politique ailleurs qu’au Havre », où il est élu depuis 2001 et a construit son parcours politique.

« C’est la ville que j’aime. C’est là que sont mes attaches », a plaidé celui qui ne manque pas une occasion de chanter les mérites du port.

– « Voler l’élection aux Havrais » –

Elu au premier tour en 2014 sous l’étiquette UMP (désormais Les Républicains) avec 52% des voix, M. Philippe a souligné que « sa plus grande ambition » était de redevenir maire à terme.

En attendant, « si le président de la République continue à m’accorder sa confiance, je continuerai à remplir ma mission de Premier ministre parce qu’on ne se dérobe pas quand il s’agit de servir son pays », a-t-il poursuivi.

AFP/Archives / JEAN-FRANCOIS MONIERJean-Baptiste Gastinne, actuel maire du Havre, le 4 janvier 2015 à Rouen

Ainsi, s’il était élu au soir du 22 mars prochain, M. Philippe proposerait que l’actuel maire (LR) Jean-Baptiste Gastinne conserve le fauteuil. Et « le jour où ma mission s’achèvera à Matignon, je souhaite, si les Havrais me font confiance évidemment, redevenir maire parce que c’est là que je veux continuer à m’investir », a-t-il expliqué.

Sa candidature suscite les critiques de l’opposition, de droite comme de gauche.

« Il va voler l’élection municipale aux Havrais », car le scrutin risque de « se transformer en référendum pour ou contre la politique nationale » du gouvernement, au détriment des enjeux locaux, a estimé auprès de l’AFP le député PCF Jean-Paul Lecoq, également candidat.

Edouard Philippe « s’est un peu servi du Havre comme d’un marche-pied, il ne faudrait pas que ça devienne un trampoline non plus, mais clairement, c’est son plan de retraite », tacle l’écologiste Alexis Deck, élu municipal depuis 2014 au Havre et à la tête d’une liste associant EELV et le PS, sans le PCF.

« Est-ce que le boulot de Premier ministre est un boulot à mi-temps? », a interrogé l’eurodéputé EELV Yannick Jadot, jugeant la démarche de M. Philippe « profondément scandaleuse » au moment où la France est « en burn-out social et démocratique ».

Edouard Philippe « sera Premier ministre à temps plein, à triple temps, à double temps » pendant la semaine, « et candidat le week-end », a riposté la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, faisant valoir sa « puissance de travail importante ».

Le député La France insoumise Adrien Quatennens a retweeté la une de Paris-Normandie avec une photo d’Edouard Philippe et la phrase « Je suis candidat au Havre », en l’assortissant de ce commentaire: « Mais d’abord je pète vos retraites ».

Cela en dit « beaucoup sur la fébrilité de La République en marche » à l’approche des municipales, considère le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu, pour qui LREM « déguise des Républicains (…) ou des élus socialistes en marcheurs » pour pallier « un personnel politique pas au niveau ».

Mais Edouard Philippe récuse toute tentative de « tirer des élections du Havre des leçons nationales », affirmant sa volonté de « parler du Havre », en laissant « les commentateurs » commenter.

Sans préciser les contours de son programme qu’il qualifie d' »ambitieux », il a assuré dans Paris-Normandie qu’il mènerait « une campagne intense au Havre », tout en remplissant ses « obligations à Paris ».

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here