Accueil Non classé Mme Djila Habibatou Nagnouma Traoré, Présidente du REJEFPO ‘’Face à la...

Mme Djila Habibatou Nagnouma Traoré, Présidente du REJEFPO ‘’Face à la presse en ligne’’ : «Je ne connais pas l’échec»

31
0
PARTAGER

« Face à la presse en ligne » est une tribune mensuelle née sur initiative de l’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL-Mali). Chaque mois, à travers cette initiative, l’Association donne la parole à une personnalité de la société civile ou issue des partis politiques pour débattre des sujets d’actualité.  La priorité est toutefois donnée aux femmes avec pour objet de contribuer ainsi à leur promotion.

Cette nouvelle initiative de l’APPEL-Mali s’inscrit dans la droite ligne de ses activités. Pour ce premier numéro, c’est Mme Djila Habibatou  Nagnouma  Traoré, la Présidente du Réseau  des Jeunes femmes leaders des partis politiques et des organisations de la société civile (REJEFPO), qui est à l’honneur.  Conseillère  municipale en Commune III du District de Bamako, elle est la toute première invitée de ce premier numéro  de « Face à la presse en ligne « . C’était le jeudi 31 octobre 2019 au siège de l’Association à Hamdallaye Aci 2000.

A cette occasion, Mme Djila Habibatou Nagnouma Traoré a mis l’occasion à profit pour présenter au Grand Public son Réseau. En substance, c’est une organisation de jeunes femmes leaders dont l’âge oscille entre18  et 35 ans, issues des partis politiques et des organisations de la société civile.

Sa vision: être un Réseau de référence pour l’émergence politique, économique et sociale de la jeune femme malienne à travers le développement du leadership et de partenariat avec des organisations de jeunesse, des organisations féminines, des partis politiques et des composantes actives des organisations de la société civile. Ses missions : œuvrer pour la promotion du genre au Mali; contribuer à tout ce qui concerne le dialogue intergénérationnel ; contribuer à la paix et à la réconciliation nationale au Mali.

Le présent Réseau mène beaucoup d’activités axées prioritairement sur le renforcement des capacités des jeunes femmes, des femmes et des jeunes. Il s’agit d’une organisation apolitique, faut-il le souligner.

La Présidente du Réseau  des jeunes femmes leaders des partis politiques et des organisations de la société civile (REJEFPO), Mme Djila Habibatou Nagnouma Traoré a 22 ans d’engagement et d’expériences politiques dont 14 de militantisme très active au sein de l’URD.  Elle a un Master II en Marketing et Intelligence des Affaires, Promotion 2014, doublé d’une Maîtrise en Gestion. Donc, elle est Ingénieur en Marketing et Intelligence des Affaires.

 

Qu’est-ce qu’une femme leader ?

Selon la Présidente du REJEFPO, il n’y a pas lieu de faire de la différence entre homme et  femme dans le domaine du leadership.  Pour elle, un leader c’est quelqu’un qui a la capacité  d’influencer positivement et de façon particulièrement marquante auprès de ses pairs à travers des compétences spécifiques qui lui sont reconnues.  Toujours selon cette jeune dame battante, à travers ses influences, la personne doit parvenir à atteindre un objectif spécifique que le groupe s’est fixé ou faire en sorte qu’il y ait un consensus par rapport à cet objectif.

Ces caractéristiques qui font un bon leader : la sincérité, l’honnêteté, le courage, la persévérance et l’engagement. « Etre un bon leader c’est d’agir continuellement pour sa communauté jusqu’à atteindre des objectifs et des résultats au fur et à mesure. Il est important de penser, tant en terme de processus qu’en terme de résultats en se donnant les moyens à travers des stratégies qui doivent être développées à l’aide des compétences qu’on peut acquérir sur le terrain», dira-t-elle.

 

Qu’est-ce qui fait la force de Habibatou ?

 

Sa ténacité! «C’est la ténacité. J’atteins toujours les objectifs que je me fixe. Ma force c’est aussi l’endurance. Quand j’ai foi en quelque chose, je me donne toujours les moyens de les atteindre. Je ne connais pas l’échec. Je connais des pannes, des difficultés, des défis à relever qui peuvent être temporaires mais je trouve généralement des solutions », nous confie-t-elle.

 

Quelle est la contribution du réseau dans la résolution de la crise malienne ?

 «Nous menons beaucoup  d’activités.  Depuis 2017, nous menons beaucoup d’actions de formation, de sensibilisation concernant la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent. Nous avons eu à renforcer les capacités des jeunes femmes leaders (41) des partis politiques et des organisations de la société civile pour mieux comprendre cet enjeu et trouver des solutions. Nous avons aussi mené une campagne dans les six communes du District de Bamako à travers des débats pour nous enquérir de ce que les citoyens pensent de ces questions. C’était des débats très enrichissants. Nous avons également effectué assez de tournées à Mopti, Gao et Tombouctou. Dans ces différentes Régions, nous avons renforcé les capacités des leaders (communautaires avec nos partenaires), en leadership transformationnel et sur la question de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent. Nous nous sommes rendus compte jusqu’à quel point le défi de l’information et du besoin de synergies est vraiment réel au niveau local.  Nous avons créé des cadres d’échanges qui nous ont permis de collecter des informations au niveau local par rapport à la réalité du terrain. Prochainement, nous allons nous rendre à Macina et à Niono pour des débats publics avec les populations, toujours dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent », nous explique Mme Djila.

 

Quid du dialogue national inclusif

«Pour le dialogue national inclusif, cela fait des mois que nous sommes en train de réfléchir sur quelle stratégie et reforme pour les femmes, les jeunes et même pour l’ensemble des populations en général. Nous avons fait ces travaux avec le Réseau des femmes anciennes ministres et parlementaires du Mali. Nous avons fait des propositions qui ont été envoyées au niveau de l’échange national. Dans les prochains jours, nous allons faire une campagne de communication par rapport à la position des jeunes femmes leaders. On fera cela avec l’Appel-Mali. Parce que nous prévoyons de  faire une campagne que ça soit avec les médias en ligne mais également à travers les radios.  Des actions sont en cours pour que notre organisation soit représentée officiellement au niveau des échanges et débats au sein du dialogue national inclusif. Nous allons venir au dialogue et on va se battre pour que le changement de mentalité qu’il faut puisse être intégré. Si on ne parvient pas à faire bouger les lignes comme on le souhaite, on le fera savoir à l’opinion publique. Nous n’allons pas rester en marge de cet événement », a souligné la Présidente du Réseau.

 

Vie privée, vie professionnelle

 Elle gère bien les deux. Elle dit : «C’est un défi. J’ai toujours été accompagnée par ma famille depuis avant mon mariage. Également par ma belle-famille et surtout mon mari, qui est Officier Supérieur du Génie militaire… Cela fait 22 ans que je suis active au niveau de la société civile avant d’intégrer le parti URD et après avoir démissionné, il y a un an de cela. Je suis entourée de personnes qui sont compréhensives et qui m’épaulent beaucoup. Au niveau de notre organisation, nous faisons très souvent les partages d’expériences. Les astuces que les unes et les autres  utilisent au niveau de leur foyer pour pouvoir gérer tel ou tel défi  et à tel moment ».

Situation des femmes au Centre du Mali

 « Au niveau du mouvement féminin, il faut reconnaitre qu’on est mal organisé par rapport à la communication et la diffusion des informations sur les actions qui sont menées. Au niveau de la plateforme des femmes leaders, on ne dort pas », nous a fait savoir la Présidente du Réseau  des Jeunes femmes leaders des partis politiques et des organisations de la société civile

 Loi sur la promotion du genre

 Mme Djila Habibatou Nagnouma Traoré  a annoncé que son équipe est en train de travailler d’arrache pied  pour que l’application de la loi n°052 instituant des mesures pour promouvoir l’accès aux fonctions nominatives et électives soit effective sur le terrain.

Agée de 34 ans, elle est mariée et mère de deux enfants dont une fille et un garçon, Habibabou adore la lecture et les recherches. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here