Home Actualités Levée de mot d’ordre de grève: ce que le SYNABEF a pu...

Levée de mot d’ordre de grève: ce que le SYNABEF a pu arracher

96
0
SHARE

Le mot d’ordre de grève de trois jours du syndicat national des banques, assurances et établissements financiers (SYNABEF) entamée le mardi dernier, a été finalement écourté suite à un accord signé entre les différentes parties ce mercredi 24 novembre.

Le Syndicat national des banques, assurances et établissements financiers (SYNABEF) en grève de trois jours reconductibles vient d’arracher un accord portant sur dix points de revendications. Mais les revendications ayant motivé les cessations de travail portaient sur 13 points.

Par ailleurs deux revendications relatives au point 3 et 4 ont été retirées. Il s’agissait, d’une part, du départ sans condition des MM. Bréhima Amadou HAIDARA et Fantamadi KEITA de la BDM et de la présidence de l’APBEF pour un climat social serein et apaisé. D’autre part, le retour sans condition de Mme KANE Djénèba SALL au travail avec réparation totale des préjudices subis dans cette affaire de licenciement abusif.

Ainsi, après examen des points du préavis, il a été convenu de ce qui suit :
la transposition des augmentations de salaires obtenues en 2021 conformément au Procès-Verbal de conciliation signé le 05 février 2021 entre l’UNTM, le Gouvernement du Mali et le CNPM.
Les parties présentes sont convenues de l’ouverture des négociations au sein des entreprises pour voir la faisabilité de ces augmentations conformément au protocole de 1994 signé entre l’UNTM et le CNPM.
Concernant le secteur bancaire et établissements financiers, les négociations seront ouvertes conformément à l’article 59 la Convention collective des Banques. Assurances et Établissements Financiers du Mali.
Concernant le secteur bancaire et établissements financiers, les négociations seront ouvertes conformément à l’article 59 la Convention collective des Banques. Assurances et Établissement Financiers du Mali.
Il y a également la finalisation de la relecture de la Convention Collective des Banques, Assurance et Établissements Financiers du Mali. Après échanges et discussions les parties sont convenues des taux suivants au titre de la grille de la convention collective des Banques, Assurances et Établissements Financiers du Mali 10% avec rappel pour compter de janvier 2022 et 2% en janvier 2023 accordé.
Parmi les points accordés, on note également la réintégration pour vice de forme, dol et raisons infondées, de tous les partants non volontaires (n’ayant pas rédigé de demande) qui ont été contraints au départ d’ECOBANK…
Aussi, les parties ont accordé la revalorisation de la grille des salaires de 10% en 2021 et de 2% en janvier 2023. A cela s’ajoute l’intégration progressive des intérimaires en fonction des possibilités d’exploitation des structures. Mise en place composée APBEF, CCAM, SYNABEF, FENPECAB, PMU Mali, Groupement des Pétroliers, ANSE. Aussi, il y a eu l’accord sur le recensement et harmonisation des bonnes pratiques…

Sur la restitution à l’ensemble des partants (ECOBANK), des taxes perçues et le provisionnement de leurs encours de prêts à la Banque, suivant les mesures d’accompagnement du Gouvernement pour raison de COVID19.
Si le gouvernement en matière de Fiscalité intérieure dans le plan de riposte contre COVID.19 n’a pas prévu de restitution d’ITS pour raisons de licenciements pour motifs économiques liés à la pandémie, l’accord conseille les travailleurs de saisir l’Inspection du travail et la Direction de ECOBANK pour le remboursement de l’ITS prélevé.
Selon le secrétaire général Hamadoun BA, c’est un accord historique après de longue lutte syndicale qui profitera à tous les acteurs.
Pour les membres du Syndicat national des banques, assurances, établissements financiers et commerces du Mali, c’est le satisfecit après ce mouvement de grève. « Il y avait treize points de réclamations et de revendications. Nous avons eu dix points d’accords. Les trois autres points de commun accord ont été retirés », affirme Ogotembeloum Guindo, secrétaire administratif du SYNABEF à nos confrères de Studio Tamani. « Aujourd’hui, ils peuvent être fiers. Leurs syndicats se sont battus pour leur satisfaction entière », indique M.Guindo.

Par SABA BALLO

Info-Matin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here