Accueil Politique Les partisans de l’imam Mahmoud Dicko face à la presse : «Nous...

Les partisans de l’imam Mahmoud Dicko face à la presse : «Nous demandons au président de la transition, Bah N’DAW, d’arrêter de parler et d’agir »

22
0
PARTAGER

Le mardi 10 novembre 2020, les responsables de la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS) étaient face à la presse à leur siège à Bamako pour communiquer leur plan de structuration sur l’ensemble du territoire national et pour réaffirmer leur soutien aux autorités pour une transition réussie. Cependant, les responsables de la CMAS ont invité le président de la transition, Bah N’DAW, à procéder à l’audit des ministères, des directions et des services décentralisés pour sanctionner ceux qui ont détourné l’argent public. « Nous demandons au président de la transition, Bah N’Daw, d’arrêter de parler et d’agir…Nous demandons au président de s’assumer. Les Maliens ont besoin de ça aujourd’hui et au gouvernement d’agir dans ce sens pour que les gens sachent que la transition est venue pour le changement », a déclaré Issa Kaou Djim, coordinateur des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS).

Outre le coordinateur de la CMAS, Issa Kaou Djim, d’autres responsables de la CMAS ont pris part à ce point de presse comme la présidente des femmes de la CMAS, Mme Diawara Zeinab. Dans la déclaration liminaire, le coordinateur de la CMAS, Issa Kaou Djim, a fait savoir que le présent point de presse a pour objectif de communiquer le plan de structuration de la CMAS sur l’ensemble du territoire national et de réaffirmer le soutien de la CMAS aux autorités pour une transition réussie. Selon lui, la CMAS actuellement implantée dans les six communes du District de Bamako, dans la commune rurale de Kalaban Coro, dans la commune urbaine de Kati et dans la ville de Kayes, entame l’élargissement de sa base à travers un programme de structuration qui se déroulera comme suit : le 28 novembre 2020, il y aura la mise en place de la coordination de Koutiala ; le 29 novembre 2020, il y aura la mise en place de la coordination de Ségou ; le 6 décembre 2020, il y aura la mise en place de la coordination du District de Bamako au Palais de la culture Amadou Hampâté BA de Bamako ; le 9 janvier 2021, il y aura l’Assemblée Générale à Kayes et le 10 janvier 2021, il y aura la mise en place du bureau local de Kéniéba. En outre, il a mis l’accent sur d’autres activités de la CMAS prévues pour le 14 novembre 2020 (une campagne de dépistage lors de la journée du diabète) et le 26 novembre 2020 (Mariage collectif civil au niveau de la commune III de Bamako). Le Coordinateur Général de la CMAS porte à la connaissance de tous les groupements et associations politiques, désireux de rejoindre le mouvement, qu’ils peuvent s’adresser au secrétariat permanent de la CMAS sis à Faso Kanu. Par ailleurs, la CMAS se félicite du choix porté sur son parrain, le Cheick Imam Mahmoud Dicko, comme personnalité de l’année 2020, lui réaffirme son soutien indéfectible et adresse ses félicitations au forum Libre. « La réussite de la transition étant celle du Mali, la CMAS matérialisera son soutien à travers la sensibilisation sur les enjeux de la transition parallèlement à la mise en place de ses structures sur l’ensemble du territoire national », a déclaré Issa Kaou Djim. Selon lui, tout ne peut se faire en 18 mois, mais, il ya certaines choses que la transition a l’obligation de faire : c’est la réforme institutionnelle, la réforme sécuritaire, la réforme de l’école, et la création des conditions pour améliorer la gouvernance et enfin, aller à des élections crédibles et transparentes. Pour lui, l’échec de la transition aura des conséquences néfastes sur la population. A l’en croire, l’insécurité est grandissante au Mali et pour juguler cette insécurité il faut des réformes dans le domaine sécuritaire. Il a souhaité entre autres que l’école soit un lieu du savoir, l’amélioration de la gouvernance à travers une saine distribution de la justice, la fin de l’impunité. « Après son investiture (25 septembre 2020), le président de la transition, Bah N’DAW, a parlé deux fois. Il a dit que l’argent de l’Etat sera utilisé pour l’Etat, que l’élection sera organisée sans contestation, que tous ceux qui détournent l’argent de l’Etat vont répondre de leur acte. Et tout le monde est content avec cette déclaration du président de la transition. Après avoir reçu le rapport du vérificateur général (30 octobre 2020), Bah N’DAW a dit que dès le lundi 2 novembre 2020, les départements ministériels concernés seront mobilisés pour que les responsables des entités incriminées sachent que la performance n’est pas facultative mais obligatoire. Nous demandons au président de la transition, Bah Daw, d’arrêter de parler et d’agir », a souligné Issa Kaou Djim, le coordinateur de la CMAS. Selon lui, Bah Daw doit procéder à l’audit dans les ministères, les directions, les services décentralisés pour savoir qui a détourné l’argent public. A ses dires, ceci permettrait de mettre fin aux différentes grèves. «Nous demandons au président de s’assumer. Les Maliens ont besoin de ça aujourd’hui et au gouvernement d’agir dans ce sens pour que les gens sachent que la transition est venue pour le changement», a déclaré Issa Kaou Djim. Par ailleurs, il a invité les syndicalistes à surseoir aux grèves pendant cette transition. Enfin, il a précisé que la CMAS va participer aux élections (mairie du district de Bamako) tout en désignant un candidat.

Aguibou Sogodogo

SourceLerepublicainmali

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here