Accueil Actualités Gestion des déchets à Bamako: le cheval de bataille du ministre Bernadette...

Gestion des déchets à Bamako: le cheval de bataille du ministre Bernadette KEITA

26
0
PARTAGER

Le ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme Bernadette KEITA, a organisé, hier jeudi 15 octobre, une rencontre avec les acteurs institutionnels chargés de la gestion des déchets solides et liquides du district de Bamako. La rencontre s’est déroulée dans la salle de conférence du département.

En plus des cadres du ministère, la rencontre a mobilisé des représentants du gouvernorat de Bamako ; ceux des mairies des six communes et du district de Bamako ; de la DNACPN, de l’Agence nationale de gestion des stations d’épuration du Mali ; de la Cellule de planification et de la statistique du secteur Eau, environnement, urbanisme et domaine de l’État ; de la direction nationale de l’urbanisme et de l’habitat ; de la direction des domaines de l’État ; de la cellule d’appui à la décentralisation et à la décentralisation.
Dans ses propos introductifs, madame le ministre a expliqué que cette rencontre a pour objectif de susciter le débat pour la recherche de solutions à la mise en place d’un dispositif efficace de gestion des déchets dans la ville de Bamako. Elle a exhorté les participants à évoquer les contraintes et faire des propositions de solution pour la mise en place d’un dispositif efficace de gestion.
Selon madame le ministre, le but recherché est de répondre aux attentes des populations pour une gestion efficace des déchets à Bamako avec la mise en place d’un outil de plaidoyer à soumettre aux autorités.
Un exposé a été fait sur l’état des lieux, les mesures législatives et règlementaires, le rôle et la responsabilité des acteurs et les contraintes. Les débats se sont focalisés sur les propositions de solution pour une gestion efficace des déchets solides et liquides.
Les intervenants ont évoqué entre autres l’insuffisance des ouvrages d’assainissement, le changement de vocation des espaces destinés aux dépôts des ordures. Il a été proposé de procéder à une sécurisation physique et judiciaire des espaces de transit des ordures, déguerpir ceux qui sont sur les sites de dépôts et les recasser ailleurs.
La finition de la décharge finale de Noumoubougou a été largement évoquée. Pour les acteurs du domaine, quels qu’en soient les moyens mobilisés s’il n’y a pas de dépôts finaux le problème demeurera toujours. Aussi, il a été proposé d’améliorer les financements pour le secteur de l’assainissement.
Une autre solution abordée a été la valorisation des déchets. Pour cela, madame le ministre a été informée que des discussions sont en cours avec des sociétés qui sont prêtes à transformer les ordures en or-durs.

PAR MODIBO KONE

Info-Matin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here