Accueil Actualités Elections locales : le Kremlin enregistre un lourd revers électoral à Moscou

Elections locales : le Kremlin enregistre un lourd revers électoral à Moscou

25
0
PARTAGER
Russian opposition activist Alexei Navalny casts his vote at a polling station during to the Moscow city Duma election in Moscow on September 8, 2019. Russians vote in local and regional elections on September 8, 2019. / AFP / Vasily MAXIMOV

Le leader de l’opposition, Alexeï Navalny, avait appelé à voter pour les candidats les mieux placés contre les représentants du pouvoir. Ils l’auraient emporté dans 19 des 45 circonscriptions.

Le scrutin a beau être local, son résultat envoie une onde de choc nationale. A Moscou, après un été de protestations anti-Kremlin, le pouvoir a perdu près de la moitié de l’assemblée municipale, dimanche 8 septembre. Après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote, les candidats soutenus par les autorités ont perdu dans 19 des 45 circonscriptions de la capitale. Communistes en premier lieu, mais aussi nationalistes ou libéraux, les vainqueurs viennent d’horizons politiques divers. Mais tous avaient reçu le soutien du leader de l’opposition, Alexeï Navalny, dont la stratégie du « vote intelligent » semble donc avoir fonctionné. Il avait appelé non pas à boycotter le scrutin, comme d’ordinaire lorsqu’il est interdit de participer, mais à faire élire tout candidat qui paraissait le mieux placé pour battre le représentant du pouvoir.

C’est là le paradoxe des élections russes : loyaux au Kremlin sur l’essentiel, au plan national, des partis tels que le Parti communiste ou les nationalistes du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR), peuvent lui infliger des défaites au plan local, en l’absence de l’opposition dite « hors système », et démontrent de plus en plus de velléités d’indépendance en régions.

Pour cette élection à la Douma de Moscou, les candidats de l’opposition libérale, à une seule exception, avaient en effet été exclus par la commission électorale en raison de prétendues infractions lors de la collecte des signatures. Un rejet qui a provoqué des manifestations presque tous les week-ends à Moscou depuis la mi-juillet, réunissant jusqu’à 60 000 personnes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’étoile ternie de Sergueï Sobianine, maire de Moscou dans la tourmente

L’ampleur du succès de ce « vote intelligent », stratégie électorale inédite de l’opposition pour bousculer le Kremlin, dépend encore du dépouillement et du traitement d’une partie des résultats. Des manipulations de dernière minute ne sont pas à exclure, mais, depuis les protestations de 2011-2012 après les fraudes aux élections législatives, le vote dans les bureaux puis le travail des commissions électorales sont très contrôlés.

Impopularité croissante du pouvoir

Le taux de participation a été faible, autour de 20 %, et les résultats définitifs ne seront connus que dans la journée de lundi. Mais l’échec de la stratégie électorale imaginée par le pouvoir pour contrer son impopularité est déjà patent. Alors que les précédentes élections locales, ailleurs dans le pays, avaient été marquées par le recul, voire la défaite, de candidats de Russie unie, le tout-puissant parti du Kremlin avait préféré, cette fois, dans la capitale, ne pas présenter ses propres candidats. Des représentants de la société civile, prétendument indépendants mais loyaux au pouvoir, avaient été soigneusement sélectionnés. Parmi les échecs les plus retentissants, celui de Valeria Kassamara, vice-rectrice de l’Ecole des hautes études en sciences ­économiques (HSE), université d’élite, qui a été l’un des foyers de la contestation cet été. « Indépendante », sans lien officiel avec le parti du Kremlin, elle a bénéficié pour sa campagne des largesses administratives, financières et publicitaires du pouvoir.

Cela n’a pas empêché la victoire de son opposant Magomet Yandiev, qui a mené une campagne sans de tels moyens de l’emporter grâce au soutien du « vote intelligent » d’Alexeï Navalny. Une victoire importante pour le dirigeant de l’opposition, dans une circonscription où son allié, Ilia Iachine, avait vu sa candidature rejetée dans cette circonscription, puis, poursuivi pour ses appels à manifester, avait passé presque tout le mois d’août en prison. Autre candidat « indépendant », Andreï Metelsky, chef de Russie unie à Moscou, est également battu dans une autre circonscription.

Sur fond de mécontentement social déjà croissant dans le pays, la forte communauté libérale de Moscou, plus politisée qu’ailleurs, a donc infligé un sérieux revers au Kremlin. Mais les signaux viennent aussi d’ailleurs de Russie où, au total, quelque 6 000 élections locales dans les 85 régions du pays ont eu lieu dimanche (gouverneurs, maires, assemblées…).

Lire aussi Fin d’une journée d’élections locales en Russie, test pour le soutien à Poutine

A Khabarovsk, dans la région de l’Extrême-Orient, le parti du Kremlin a présenté ses propres candidats, mais n’aurait obtenu que deux des 36 sièges de l’assemblée régionale. Il a été vaincu par les communistes et les nationalistes du LDPR. En régions, ceux-ci profitent du mécontentement suscité par la la baisse du pouvoir d’achat, mais aussi de l’impopulaire relèvement de l’âge de la retraite et d’autres problèmes sociaux dans une économie gagnée par la stagnation. A Novossibirsk, troisième ville du pays, le maire communiste, proche des autorités, aurait gagné. Mais le représentant d’Alexeï Navalny, l’un des rares autorisés à se présenter, recueillerait environ 20 % des suffrages.

Les résultats détaillés sont encore attendus, mais le pouvoir devrait tout de même pouvoir se targuer de victoires dans l’essentiel des milliers de petits scrutins organisés dans le pays. Les seize élections de gouverneurs confortent également le Kremlin, qui l’emportent partout et largement. Même Saint-Pétersbourg a réélu avec une nette majorité son gouverneur, Alexandre Beglov, pourtant considéré comme très impopulaire. Mais l’ampleur de cette victoire (près de 65 % des voix) dans l’ancienne capitale impériale a éveillé des suspicions. Au cours de la journée, alors que le taux de participation global était faible, il a anormalement augmenté dans certains bureaux. Toujours à Saint-Pétersbourg, le décompte pour les élections municipales a été interrompu dans la nuit, alimentant aussi les soupçons.

Le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here